Préservateurs de patrimoine

CalligrapheJe me sens proche de la mouvance et de la spiritualité monastiques, c’est donc avec émotion et dévotion que je reçois cette adresse du pape aux Carmes, comme s’il s’adressait un peu à moi. Et j’aurais envie d’ajouter qu’en ces temps où se propage l’indifférence religieuse (en tout cas ici au Québec au regard de la foi catholique) et la laïcité un peu agressive, qu’il ne faudrait pas trop compter sur les institutions gouvernementales pour préserver le riche patrimoine spirituel de notre tradition catholique.

Je pense qu’à l’instar des monastères des temps passés, ceux d’aujourd’hui auraient là une mission toute désignée, de conserver bien précieusement tous ces trésors spirituels, tant physiques par les livres et tous autres supports médiatiques, que par leurs pratiques et vie communautaires.  Car viendra peut-être le jour où cette génération montante cherchera des « refuges » et des « repères », et peinera grandement à les trouver.

Ah si je pouvais me retirer dans un monastère, que cela serait mon plus cher désir !

http://www.zenit.org/fr/articles/revenir-a-la-simplicite-d-une-vie-centree-sur-l-evangile
Lire la suite

Publicités

Edith Stein, ou la quête de vérité

19981011_teresa_benedetta_della_croceVendredi 9 août, solennité de sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix, carmélite d’origine juive morte au camp d’extermination d’Auschwitz le 9 août 1942.

Edith Stein.

Son nom figurait parmi la liste non-exhaustive de femmes exemplaires dont j’avais parlé dernièrement, et qui pourraient nourrir la réflexion souhaitée par le pape François pour une théologie enrichie et renouvelée de la femme.

Ce premier exemple, quasiment contemporain, tombe donc on ne peut plus à propos, car cette femme réunit en elle à la fois la question de quête de sens, quête de la vérité, quête de la foi, en même temps qu’un intérêt marqué pour la situation des femmes, modèle elle-même de l’accès pour une femme de son temps à une démarche intellectuelle de réflexion philosophique, sans qu’elle ait pu toutefois aller jusqu’au bout de l’engagement qu’elle aurait souhaité pour enseigner à l’Université. Lire la suite

Pour une théologie de « la » femme ?

Nonobstant le fait que « LA » femme dont parle François est un peu un mythe, car il n’existe pas LA Femme mais des femmes, personne sans doute ne contestera sa proposition d’étudier et développer une théologie par rapport à la vocation (mystique) des femmes, dans l’Église particulièrement et dans le monde en général.

http://www.zenit.org/fr/articles/la-femme-dans-l-eglise-la-position-du-pape-francois

Pour ce faire, je me disais que ce serait bien de commencer en revoyant ce qu’ont dit et écrit les grandes femmes mystiques (et docteures) de l’Église, comme : Lire la suite

Un truc

« Mon Seigneur et mon Dieu ! »

« Mon Seigneur et mon Dieu ! »

Si vous voulez savoir si les Christs qu’on vous présente sont des faux ou le vrai, un truc: faites comme l’apôtre Thomas.

Demandez à voir ses plaies, et à mettre votre main dans son côté.

Les marques de la souffrance sont toujours présentes sur le véritable Roi de Gloire ressuscité, ainsi que sur ceux qui le suivent.

Transfigurées, mais bien détectables.

Parfois ils appellent ça des stigmates.

Coeur transpercé, d’où jaillissent Sang (versé) et Eau (Parole et Esprit).

Source de Vie.

Les critères sont semblables pour juger d’un pasteur, d’un enseignant, d’un « gourou », d’un thérapeute, d’un parent…

Le scandale de la division

00-0b-9-11-remembered-world-trade-center-12-09-12YHWH dit:
«Allons! Descendons! Et là confondons leur langage pour qu’ils ne s’entendent plus les uns les autres.» (Bible de Jérusalem)

«Ah descendons tout brouiller dans leur bouche
que chacun ne comprenne plus la bouche de l’autre»  (Nouvelle traduction Bayard)

Oui oui ! C’est écrit tel quel DANS LA BIBLE (Genèse 11,7).  C’est bel et bien Dieu-YHWH qui a semé la confusion chez les hommes, et qui a fait en sorte qu’ils ne s’entendent pas.

Ô scandale ! Pas possible ! Quel Dieu mauvais et raté ! Lire la suite

« Aide » pour l’homme ?

Vitriol

Dans un élan désireux de remonter jusqu’au
« fondement », j’ai jeté un coup d’oeil aux deux premiers chapitres de la Genèse, selon les différentes
traductions que j’ai (Jérusalem, Tob, français courant et nouvelle traduction Bayard).  Et je trouve ça dommage de ne pas pouvoir déchiffrer l’hébreu.. mais bon.. je n’ai pas le choix de me fier aux traductions. Lire la suite